Les Fureurs de Patrice Dumby

Publié le par Michel Mourlet

Mon ami Dumby (qui n’a rien à voir, précisons-le, avec certain comparse de l’Éventail de Lady Windermere) s’obstine et perd son temps à écouter les informations sur l’état du monde que radio et télévision répandent dans nos chaumières, provoquant en nos cerveaux des dégâts comparables à ceux, encore humides, de la Côte d’Azur. J’ai beau lui répéter qu’il ferait mieux de courir le jupon comme autrefois plutôt que de trousser des idées politiques, rien ne l’arrête, d’autant plus que presque toujours – j’ajoute « presque » afin de n’être pas taxé d’exagération – il constate que ses prédictions, qui ne sont d’ailleurs que des déductions purement rationnelles, sont corroborées à plus ou moins brève échéance par les événements ; alors que dans le même temps les commentaires toujours unanimes des automates de la Pensée, médias aux ordres et politiciens interchangeables confondus, s’entassent, s’enfoncent les uns sur les autres dans la grande fosse d’aisance des erreurs, des bêtises et des mensonges délibérés, où ils se dissolvent rapidement jusqu’à leur oubli total. Ce qui permet à tout un chacun, politicien, politologue, sociologue, économiste, folliculaire, de recommencer de plus belle à divaguer, sur les mêmes sujets ou sur d’autres, et de la même façon, comme si de rien n’était. En ces temps d’invasion migratoire et de terrorisme international (ici, il me faut reconnaître la justesse de son analyse des responsabilités réelles et initiales de cette situation, par nos princes rendue inextricable), les nouvelles en provenance de Syrie et les commentaires obligatoires qu’elles suscitent ont le don d’exaspérer l’ami Patrice. J’oserai dire : quasiment comme votre serviteur, jadis, pouvait être irrité par les atroces critiques mécaniques de Guy Michel Notcu-Durmou. (Cherchez Hortense.) C’est pourquoi, de loin en loin, il déverse sa sainte fureur dans l’entonnoir de ses Carnets avant d’en coiffer les billes de clones qui, droit dans le mur, dirigent notre destin. Je vous invite donc, cher visiteur, à jeter un coup d’œil (mais non l’œil tout entier, comme un carabin d’hôpital) à ses « Carnets politiques », en vous rendant à cette adresse : https://patricedumby.wordpress.com/2015/10/10/questions-a-m-le-drian-ministre-de-la-defense/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article